www.Klassik-rock.tk Index du Forum www.Klassik-rock.tk
Forum de discussion sur tout ce qui touche au rock en général et au "classic" en particulier
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Lynyrd Skynyrd ... saga
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.Klassik-rock.tk Index du Forum -> Les Gros Bras
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 2:58 pm    Sujet du message: Lynyrd Skynyrd ... saga Répondre en citant

Pas de ma plume mais ...

La saga de Lynyrd Skynyrd
L ynyrd Skynyrd est un des grands groupes américains des Seventies, un des meilleurs que le Sud ait produit, avec les Allman Brothers et ZZ Top. Lynyrd Skynyrd, c'est un front de guitares qui lancent leurs riffs furieux, un déluge de boogie, et deux tubes immortels : "Sweet Home Alabama" et “Free bird".
Mais c'est aussi une fin tragique et prématurée en octobre 77 après le décès de trois de ses membres dans un accident d'avion.


La saga en intégrale


Reformé en 1987, Lynyrd Skynyrd célèbre cette année le trentième anniversaire de la sortie de son premier album. Alternant disques et tournées, ils portent toujours bien haut le flambeau de la musique sudiste. Leur nouvel album, "VICIOUS CYCLE", les voit même brandir fièrement la bannière étoilée, à l'image du single "Red, white & blue", un hymne ultra-nationaliste qui leur vaut de retrouver les sommets des hits-parades pour la première fois depuis longtemps.
Un moment hypothéquée par la grave intervention chirurgicale subie par Gary Rossington en février dernier, la tournée dont ils partagent l'affiche avec Deep Purple a simplement été repoussée. Elle débutera le 13 juin en Allemagne, avant de s'arrêter le 29, à Paris au Zénith.

L'histoire de Lynyrd Skynyrd débute à Jacksonville, en Floride. C’est là, en 1965, que trois camarades de collège, grands admirateurs des Yardbirds, de Cream et de Jimi Hendrix, décident de former un groupe qu’ils baptisent The Noble Five.
Ils sont cinq : le chanteur Ronnie Van Zant , les deux guitaristes Allen Collins et Gary Rossington, le bassiste Larry Jungstrom et le batteur Bob Burns. Dès cette époque, ils tournent sans discontinuer dans le circuit des bars et des universités du Sud.
Peu à peu, ils se forgent une identité musicale, quelque part entre les Rolling Stones et Merle Haggard. Les Noble Five changeront plusieurs fois de nom ; ils se baptiseront Sons of Satan, Wild Things, Conqueror Worm ou encore One Percent. C'est au début de l'année 1970 que One Percent devient Lynyrd Skynyrd. Le guitariste Gary Rossington nous raconte comment il a eu l'idée de ce nouveau nom.

"Cela vient de mon prof de gym de l'époque qui s'appelait Leonard Skinner. Il avait pris l'habitude de me chasser du cours parce que je portais les cheveux longs. Enfin, longs pour l'époque, c'est-à-dire au ras des sourcils et des oreilles, comme les Beatles à leurs débuts. Il m'a chassé cinq ou six fois et j'ai fini par raconter ma mésaventure au groupe. J'ai conclu l'histoire en disant : 'on devrait se rebaptiser Leonard Skinner'. Et le soir même, au concert, on s'est présenté sous ce nom. Le public s'est alors mis à rire et à applaudir à cette bonne blague, parce que tout le monde connaissait le prof. Du coup, on a gardé le nom. C'est vrai aussi qu'il nous a présentés une fois sur scène. Leonard Skinner a présenté Lynyrd Skynyrd. C'était le jour où on nous a remis les clés de Jacksonville ; un grand honneur pour nous. J'en garde un très bon souvenir. Leonard est complètement timbré. Tu sais qu'il porte les cheveux longs maintenant et qu'il possède plusieurs bars ; il les a baptisés 'Skinner's Place'."

Fin 1970, les membres de Lynyrd Skynyrd sont ensemble depuis cinq ans déjà et ils ont à peu près mille concerts à leur actif. Ils se rendent alors en Alabama où ils enregistrent leur première maquette. Courant 71, et cette fois aux studios Muscle Shoals, ils mettent en boîte l’équivalent d’un album, avec la participation de Ricky Medlocke (le futur chanteur de Blackfoot), et du bassiste Leon Wilkeson. Malheureusement, l’album ne trouve pas preneur.
Seul Phil Walden, le frère de leur manager qui est aussi le patron de Capricorn Records, semble intéressé ; mais Ronnie Van Zant décline l’offre qui lui est faite, de peur de voir son groupe délaissé par un label qui a déjà sous contrat la fine fleur du rock sudiste : les Allman Brothers, le Marshall Tucker Band et Wet Willie.
Découragés, Lynyrd Skynyrd retournent brièvement à Jacksonville, avant de s’expatrier à Atlanta, où ils trouvent résidence au Funochio’s, un des bars les plus connus, mais aussi les plus dangereux de la ville. C’est là qu’ils reçoivent la visite du producteur Al Kooper qui, après avoir jammé longuement avec eux, les signe sur le label qu’il vient de fonder, “Sounds of the South”.
A ce moment, Lynyrd Skynyrd se compose de Ronnie Van Zant, Gary Rossington, Allen Collins, Robert Burns et Leon Wilkeson. Avec l’addition du clavier Billy Powell et du guitariste et bassiste Ed King, c’est donc un groupe composé de sept musiciens qui enregistre “PRONOUNCED LEH-NERD SKIN-NERD”, un premier album qui paraît en septembre 1973.

Le style incomparable de Lynyrd Skynyrd repose sur plusieurs éléments caractéristiques : un dixie-rock éraillé, la présence de trois lead-guitaristes de front, et surtout la voix râpeuse de Ronnie Van Zant. Pour la majorité bien pensante, ils font scandale en se présentant sur scène devant le drapeau confédéré à treize étoiles, salué par l’hymne du Sud, “Dixie”.
“Pronounced Leh-nerd Skin-nerd” a été produit par Al Kooper ; on y relève plusieurs classiques comme “Gimme three steps”, “Simple man” et le légendaire “Free bird”, un titre dédié à la mémoire de Duane Allman avec lequel ils terminent tous leurs concerts.

En avril 74, “SECOND HELPING” est enregistré à Los Angeles, toujours produit par Al Kooper. En moins de deux années, Lynyrd Skynyrd est devenu une des toutes premières attractions rock aux Etats-Unis, au point qu'on voudrait même faire d’eux des Rolling Stones américains.
Le succès a priori inattendu de “Sweet home Alabama”, une réponse fière et ultra-chauvine au “Southern man” de Neil Young, confirme amplement ce nouveau statut. Mais, comme le souligne Gary Rossington, il ne faudrait tout de même pas prendre cette chanson au pied de la lettre.

"C'était une réponse à Neil Young qui s'en était pris au Sud dans sa chanson, mais une réponse bon enfant. Parce que nous adorons Neil Young ; c'est l'un de nos artistes favoris. On l'a vraiment fait sous forme de plaisanterie. On aime ça, plaisanter. Les Américains, généralement, aiment plaisanter. Tout ça pour dire qu'il ne faut pas prendre notre chanson trop au sérieux. On a égratigné Neil Young parce qu'il nous avait égratignés. C'est tout."

Lynyrd Skynyrd se produit pour la première fois à Paris, à l’Olympia, le 9 décembre 1974 avec Humble Pie. C'est l'époque où ils donnent concert sur concert, à tel point qu’ils baptisent eux-mêmes leur tournée 75, le “Torture Tour”. Mais la cadence effrénée des shows est trop éprouvante pour Ed King et Bob Burns qui préfèrent s’en aller.
En mars 1975, l'album “NUTHIN’ FANCY” marque leur dernière collaboration avec Al Kooper, ainsi que l’arrivée d’un nouveau batteur, Artimus “Pip” Pyle. Le titre “Saturday night special” est un gros succès. Lynyrd Skynyrd tournent en Europe avec seulement deux guitaristes ; le 7 novembre 75, ils sont de retour à Paris, à la salle Pleyel.

Dans la lignée des Allman Brothers, Lynyrd Skynyrd représente le rock-band du Sud par excellence. Ils sont avant tout un groupe de scène et au-delà de leurs chansons ultra-réactionnaires et machos, ils ne dédaignent ni la bouteille, ni le coup de poing. Même entre eux, si bien qu’il n’est pas rare de voir l’un ou l’autre guitariste jouer avec des pansements. Si l'on en croit Gary Rossington, c’est le signe révélateur de l’amitié virile qui les unit !

"Nous étions tous amis. Nous étions comme une famille. Lorsque nous nous battions, c'était soit contre des gens de l'extérieur, soit entre nous par souci d'améliorer notre musique. Si l'un de nous jouait mal un soir, il arrivait que ça explose, parce que nous ne voulions plus que ça se reproduise. Et on s'embrassait tout de suite après."


Début 76, Lynyrd Skynyrd embauche trois choristes, Cassie Gaines, Leslie Hawkins et Jo Billingsley, qu’ils baptisent les Honkettes.
Leur quatrième album, “GIMME BACK MY BULLETS”, est produit par Tom Dowd en février 76. Tom Dowd leur apporte un son plus propre, plus net, mais en contrepartie, il leur fait perdre un peu de leur force et de leur originalité première, d'autant que le groupe ne compte plus que deux guitaristes depuis le départ d'Ed King.

En juillet 76, Lynyrd Skynyrd se produit plusieurs soirs de suite au Fox Theatre d’Atlanta avec un nouveau guitariste embauché un mois plus tôt pour remplacer Ed King. Après avoir auditionné de nombreux candidats, dont Leslie West et Wayne Perkins, leur choix s’est porté sur un proche, Steve Gaines, le frère de leur choriste Cassie Gaines.
Les concerts sont enregistrés et donnent le double album live “ONE MORE FROM THE ROAD”, qui sort en septembre. Le groupe propose presque exclusivement des titres qui figuraient sur ses deux premiers albums : d’abord parce que Steve Gaines doit se rôder, ensuite parce que, sous l’impulsion de Ronnie Van Zant, Lynyrd Skynyrd est en voie de transformation profonde.

Ronnie Van Zant en a assez de l’image d’alcooliques, de voyous, que traînent les musiciens de Lynyrd Skynyrd. Il a donné personnellement l’exemple en arrêtant le whisky à la naissance de sa fille Elodie.
Finies aussi les allusions trop appuyées à leurs origines sudistes : le drapeau confédéré a disparu de la scène et le thème des “Sept mercenaires” a remplacé “Dixie” au début des concerts.
Pour Ronnie, le groupe doit devenir adulte et ses membres, faire preuve de responsabilité. Mais tout le monde n’a pas compris : le 1er mai 76, Allen Collins et Gary Rossington, passablement éméchés, sont impliqués séparément dans un accident de voiture.
La colère du chanteur de Lynyrd Skynyrd est - paraît-il - homérique. Il compose la chanson “That smell” qui contient ces mots : “Bouteilles de whisky et voitures flambant neuves... T’es bourré de coke et tu fumes trop. C’est plus que tu ne peux en supporter”. Et il obligera Lynyrd Skynyrd à la jouer tous les soirs en tournée. Gary Rossington le confirme.

"'That smell' parle bien de mon accident de voiture, c'est vrai, mais Ronnie ne m'en a pas voulu pour cela. Nous étions amis. Cette chanson, c'est le reflet exact de notre vie à cette époque : tous autant que nous étions, on buvait et on se droguait. C'était une sale période et c'est de cela dont parle la chanson. Dieu merci, j'ai cessé de boire et de fumer depuis."

Paru en septembre 76, l'album public "One more from the road" constitue à ce moment la meilleure vente de Lynyrd Skynyrd ; il est certifié disque de platine, alors que "Free bird", la version "live" cette fois-ci, entre à nouveau dans le Top 40 américain.
Lynyrd Skynyrd retrouvent les studios en avril 77. Ils en sortent avec “STREET SURVIVORS”, un album qui concrétise leur nouvelle maturité et qui est disque d’or le jour même de sa parution.
Mais c’est une amère victoire. Trois jours après la sortie de l’album, le 20 octobre 77, ils sont en tournée. Entre Greensville (en Caroline du Sud) et Bâton Rouge (en Louisiane), le Convair 240 qu’ils ont affrété tombe en panne d’essence et s’écrase dans un marécage du Mississippi. L’accident fait six victimes : les deux pilotes, un assistant, Steve et Cassie Gaines, ainsi que le chanteur Ronnie Van Zant.
La pochette initiale de “Street survivors” représentait le groupe posant fièrement au milieu d’une rue en flammes, Steve Gaines disparaissant partiellement derrière celles-ci, comme s’il brûlait. Elle est vite retirée du commerce et remplacée par une pochette neutre montrant les musiciens sur un simple fond noir.
En janvier 78, un extrait de l’album, “What’s your name”, est n°13 aux Etats-Unis.

Alors que les membres rescapés du groupe se remettent de leurs blessures et tentent de retrouver une vie normale, “LYNYRD’S FIRST AND ... LAST” paraît en septembre 1978.
Bien plus qu’une exploitation du nom, c’est une compilation très intéressante, regroupant les bandes enregistrées en 70-71, avant qu’Al Kooper ne signe le groupe.
Il y a là les meilleures compositions de Ronnie Van Zant et peut-être sa plus belle chanson, “Was I right or wrong”.

En décembre 79, “GOLD AND PLATINUM” apparaît comme le double album du souvenir, tout au long de ses seize plages représentatives d’une discographie trop courte.
Au même moment, quatre des survivants de Lynyrd Skynyrd, Gary Rossington, Allen Collins, Leon Wilkeson et Billy Powell décident de reprendre leur aventure musicale commune : avec la chanteuse Dale Krantz, ils forment le Rossington Collins Band qui, après deux albums remarqués, éclatera pour donner naissance d'abord à l'Allen Collins Band, puis à Rossington et enfin au Rossington Band.
De cette aventure complexe et décousue, on retiendra surtout le mariage de Gary Rossington avec Dale Krantz, et sur le plan musical, "Tashauna", une chanson dédiée à John Lennon extraite de l'album "This is the way".

Après "BEST OF THE REST", septembre 87 apporte “LEGEND”, une nouvelle compilation qui propose six titres inédits de Lynyrd Skynyrd. Au même moment, les survivants du groupe décident d’organiser une tournée-souvenir, dix ans après la tragédie. Gary Rossington, Ed King, Leon Wilkeson, Billy Powell et Artimus Pyle sont bien là, mais il manque le guitariste Allen Collins.
Depuis un accident de voiture dont il a été victime en 1986 et qui a coûté la vie à sa fiancée, il est handicapé, cloué sur un fauteuil roulant. Il mourra d’une pneumonie le 23 janvier 90.
Reste à trouver un chanteur, un problème épineux vu de l'extérieur, mais simple à résoudre pour les membres de Lynyrd Skynyrd. Si leur choix se porte sur Johnny Van Zant, le frère cadet de Ronnie, c'est pour une raison évidente que nous dévoile Gary Rossington.

"La vérité, c'est que de toute façon Johnny aurait été notre chanteur. Ronnie avait décidé de céder sa place pour se concentrer sur la composition et pour manager Lynyrd Skynyrd. Et Johnny devait le remplacer. Ensuite il y a eu l'accident... Johnny était le seul capable de prendre la suite : il a une bonne voix qui rappelle celle de son frère et il est vraiment excellent. Quant à Donnie, il était avec 38 Special, alors... Et puis c'était la volonté de Ronnie, ma volonté aussi. Et finalement ça s'est réalisé."

La tournée-souvenir de Lynyrd Skynyrd est immortalisée par un double album qui paraît en avril 88, “TRIBUTE TOUR 1987 - SOUTHERN BY THE GRACE OF GOD”.

Le “Tribute Tour” de Lynyrd Skynyrd s’était achevé dans le délire : certains fans avaient fait plus de 700 kilomètres pour voir leur groupe favori sur scène, d’autres avaient pris une semaine de congé pour profiter à fond de l’événement.
Les musiciens décident donc de reprendre la route en 88, puis l'année suivante, pour une centaine de concerts au total. Pour accompagner ces tournées, une énième compilation, "SKYNYRD’S INNYRDS”, paraît en avril 89.
Ce que tout le monde pressentait - et que beaucoup espéraient - se produit finalement en 1990 : la reformation définitive de Lynyrd Skynyrd. Un peu réticent au départ, Johnny Van Zant s'est finalement imposé comme le nouveau chanteur du groupe.

"Je n'ai jamais eu l'ambition de devenir le chanteur de Lynyrd Skynyrd, pas plus que je n'en avais caressé l'espoir. C'est Gary Rossington et le reste du groupe qui sont venus me chercher. Au départ, ce n'était que pour six semaines, la durée du 'Tribute Tour' de 1987. Et puis tout s'est mis à fonctionner génialement. Ces gars trimballaient le traumatisme de l'accident depuis dix ans et grâce à cette tournée, ils s'en sont guéris. Les défenses sont tombées une à une et ont laissé place à un sentiment d'intense satisfaction. Et cela dure maintenant depuis onze ans."

Cette reformation s’accompagne d'un premier album de nouveau matériel, “LYNYRD SKYNYRD 1991". Produit par Tom Dowd, à qui l’on devait déjà “Gimme back my bullets”, c’est le manifeste d’un groupe qui se veut toujours aussi créatif et qui ne se contente pas de ressasser son passé, aussi prestigieux soit-il.

Le 17 juillet 1991, Lynyrd Skynyrd donnent le coup d’envoi de leur tournée américaine à Bâton Rouge, en Louisiane, reprenant symboliquement les concerts là où ils s’étaient arrêtés quatorze ans auparavant.
Gary Rossington :

"Le dernier événement que nous avions vécu en commun, c'était cet accident d'avion en 77. Lorsque nous avons décidé de reformer le groupe, nous n'avons pas vu d'autre choix que de reprendre les concerts là où nous nous rendions le jour de l'accident, dans la ville que nous n'avions jamais atteinte."


Lynyrd Skynyrd passe l'essentiel de 1992 sur la route, tout comme 93 qui marque le vingtième anniversaire de la sortie de leur premier album.
La reformation de Lynyrd Skynyrd est aussi l’occasion de rendre l’hommage qu’il mérite au groupe disparu tragiquement en 1977. C’est l’objet du coffret “THE DEFINITIVE LYNYRD SKYNYRD COLLECTION” qui paraît en février 92. Parmi les groupes du Sud, seul Lynyrd Skynyrd a su faire honneur à l’héritage légué par les Allman Brothers, reprenant à son compte tous les stéréotypes de l’imagerie sudiste pour en faire quelque chose de très personnel et d'unique ; un groupe fidèle jusqu’au bout à son credo : “Live fast, work hard, die young”, c'est-à-dire “Vivre vite, travailler dur, mourir jeune”.
Cette histoire est retracée ici en 47 titres qui vont de leur première maquette jusqu'à l’album “Street survivors”.

Après l'album “THE LAST REBEL” en mars 93, Lynyrd Skynyrd signent chez Capricorn, le label qu’ils avaient refusé de rejoindre 23 ans auparavant. Ils publient alors “ENDANGERED SPECIES”, un disque 100% acoustique qui mélange nouveaux et anciens titres. Puis c'est "FREE BIRD - THE MOVIE", le film et le CD qui reflètent leur extraordinaire concert au festival de Knebworth, le 21 août 1976.
Commence alors une longue tournée, mais sans le guitariste Ed King qui est dans l'attente d'une transplantation cardiaque. Lui s'estime plutôt injustement licencié et il entame aussitôt une action en justice contre ses anciens camarades.
C'est Hughie Thomasson des Outlaws qui remplace Ed King sur "TWENTY", un nouvel album studio qui paraît en 1997. "Twenty", ce sont bien sûr les vingt années qui se sont écoulées depuis la catastrophe qui a anéanti le premier Lynyrd Skynyrd. Pour commémorer l'événement, le groupe a enregistré un duo pour le moins inattendu, "Travelin' man".

"Cet album marque le vingtième anniversaire de l'accident. Nous l'avons dédié à tous ceux qui ne sont plus avec nous. Quant à 'Travelin' man', c'est une chanson que Ricky Medlocke aimait bien et dont il existe peu d'enregistrements : un ou deux, plus celui de "Freebird - The movie". On a donc pris la chanson et on a rajouté la voix de Johnny à celle de Ronnie. Au-delà de la performance technique que ça représentait, on trouvait ça génial parce que les deux frères n'avaient jamais chanté ensemble. Sur la scène, durant 'Travelin' man', on projette l'image de Ronnie en train de chanter. C'est comme s'il était encore parmi nous."

Toujours en 1997, Lynyrd Skynyrd publient "SOUTHERN KNIGHTS", un double "live" dont les notes de pochette révèlent qu'il a été "enregistré aux Etats-Unis", sans plus de précisions. Mais d'après la composition du groupe, toujours très fluctuante, on peut dater l'enregistrement de 1994.
"Southern knights" est à mettre en parallèle avec "LYVE FROM STEEL TOWN". Là aussi, il s'agit d'un double album en public, enregistré en juillet 97 à Pittsburgh, la ville de l'acier, d'où son titre.
On peut ainsi constater qu'en trois années, le show de Lynyrd Skynyrd n'a pas foncièrement changé et l'on prend surtout plaisir à écouter les nouveautés extraites de leur dernier album, "Twenty", par exemple "Voodoo lake" ou encore "Travelin' man", qui réunit les deux frères Johnny et Ronnie Van Zant.
En 1998, Johnny collabore de manière plus classique avec son autre frère, Donnie (le chanteur de 38 Special), sur un album intitulé "BROTHER TO BROTHER" et crédité à Van Zant.

A ce moment, Lynyrd Skynyrd se compose de Gary Rossington, Rickie Medlocke et Hughie Thomasson aux guitares, Leon Wilkeson à la basse, Billy Powell au piano, Owen Hale à la batterie et Johnny Van Zant au chant, sans oublier les deux choristes, Carol Chase et Dale Krantz-Rossington.
Avec un nouveau batteur, Kenny Aronoff, Lynyrd Skynyrd publient alors un nouvel album studio, très représentatif de leur style, "EDGE OF FOREVER", en août 1999. Ils termineront l'année en tournée aux Etats-Unis avec ZZ Top, salués par une nouvelle compilation, "MILLENNIUM COLLECTION : BEST OF LYNYRD SKYNYRD".

La mort n'est malheureusement pas quelque chose de nouveau pour Lynyrd Skynyrd. Au cours de l'été 2001, elle vient rajouter un chapitre tragique à son histoire. Un de ses membres fondateurs, le bassiste Leon Wilkeson, meurt le 27 juillet dans une chambre d'hôtel en Floride, où il se reposait au milieu de la tournée que le groupe avait entamée trois mois plus tôt à Las Vegas.
Après l'annonce de son décès, huit concerts sont annulés, puis le "Back to the Swamp Tour" reprend avec un nouveau bassiste, Ean Evans, un ancien des Outlaws. Leon Wilkeson avait eu le temps de participer à l'enregistrement de deux titres, "Lucky man" et "The way", qui figurent sur "VICIOUS CYCLE". Ce nouvel album de Lynyrd Skynyrd, qui sortira officiellement le 20 mai, marque le trentième anniversaire des débuts discographiques du groupe.
Pour célébrer cet événement, Lynyrd Skynyrd a choisi de tourner en première partie de Deep Purple. Mais cette tournée a dû être retardée à cause des ennuis de santé de Gary Rossington. En effet, en février dernier, le guitariste et seul membre survivant de la formation originale a subi un quintuple pontage coronarien. Avec la bénédiction de ses médecins, il pourra toutefois remonter sur scène dès le 13 juin à Karlsruhe. Tous les concerts qui avaient été prévus avant cette date seront reprogrammés. Quant au concert parisien du Zénith, il est bien confirmé pour le 29 juin prochain.




DISCOGRAPHIE


- "PRONOUNCED LEH-NERD, SKIN-NERD" (album – 1973)
- "SECOND HELPING" (album – 1974)
- "NUTHIN' FANCY" (album – 1975)
- "GIMME BACK MY BULLETS" (album – 1976)
- "ONE MORE FROM THE ROAD" (live album – 1976)
- "STREET SURVIVORS" (album – 1977)
- "SKYNYRD'S FIRST AND ... LAST" (compilation – 1978)
- "GOLD & PLATINUM" (compilation – 1980)
- "THE BEST OF THE REST" (compilation – 1982)
- "ANTHOLOGY" (compilation – 1987)
- "LEGEND" (live album – 1987)
- "TRIBUTE TOUR 1987 – SOUTHERN BY THE GRACE OF GOD" (live album – 1988)
- "SKYNYRD'S INNYRDS" (compilation – 1989)
- "LYNYRD SKYNYRD 1991" (album – 1991)
- "THE DEFINITIVE LYNYRD SKYNYRD COLLECTION" (coffret – 1992)
- "THE LAST REBEL" (album – 1993)
- "FREE BIRD – THE VERY BEST" (compilation – 1994)
- "ENDANGERED SPECIES" (album – 1994)
- "FREE BIRD – THE MOVIE" (live album – 1996)
- "SOUTHERN NIGHTS" (live album – 1996)
- "TWENTY" (album – 1997)
- "LYVE FROM STEEL TOWN" (live album – 1998)
- "EDGE OF FOREVER" (album – 1999)
- "MILLENNIUM COLLECTION : BEST OF LYNYRD SKYNYRD" (compilation – 1999)
- "VICIOUS CYCLE" (album – 2003)

ROSSINGTON-COLLINS BAND

- "ANYTIME, ANYWHERE, ANYPLACE" (album – 1980)
- "THIS IS THE WAY" (album – 1981)
- "20th CENTURY MASTERS : MILLENNIUM COLLECTION" (compilation – 2003)

ROSSINGTON

- "RETURNED TO THE SCENE OF THE CRIME" (album – 1986)

THE ROSSINGTON BAND

- "LOVE YOUR MAN" (album – 1988)

ALLEN COLLINS BAND

- "HERE, THERE AND BACK" (album – 1983)

VAN ZANT

- "BROTHER TO BROTHER" (album – 1988)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jackinzebox
Oh burger!


Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 24257

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 3:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cool, j'ai imprimé pour avoir de la lecture dans le bus Cool
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing .. ne rate pas ton arrêt, hein ... Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Doc Loco
hectoposteur


Inscrit le: 07 Sep 2005
Messages: 723
Localisation: Ne bougez pas, nous vous localisons ...

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 5:06 pm    Sujet du message: Re: Lynyrd Skynyrd ... saga Répondre en citant

Phil1 a écrit:


L'histoire de Lynyrd Skynyrd débute à Jacksonville, en Floride. C’est là, en 1965, que trois camarades de collège, grands admirateurs des Yardbirds, de Cream et de Jimi Hendrix, décident de former un groupe qu’ils baptisent The Noble Five.


En 1965? Sont fort quand même Laughing .

Sorry, je pinaille mais c'est plus fort que moi, je peux pas laisser passer ce genre de bourdes Wink .
_________________
http://www.youtube.com/realdocloco

http://www.myspace.com/realdocloco
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 5:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

T'as raison, j'avais pas vu la chose ... Laughing
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 6:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Surtout que les 3 larrons se sont associés en 64… Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jackinzebox
Oh burger!


Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 24257

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 6:02 pm    Sujet du message: Re: Lynyrd Skynyrd ... saga Répondre en citant

Doc Loco a écrit:
Phil1 a écrit:


L'histoire de Lynyrd Skynyrd débute à Jacksonville, en Floride. C’est là, en 1965, que trois camarades de collège, grands admirateurs des Yardbirds, de Cream et de Jimi Hendrix, décident de former un groupe qu’ils baptisent The Noble Five.


En 1965? Sont fort quand même Laughing .

.


Bah c'est rien ça ! Frédéric François dans un interview, il dit qu'il jouait du Black Sabbath en 65 avec son "orchestre" les Faucons ! Laughing
Non ! Les Eperviers ! Laughing Laughing
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 6:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'était un bon journaliste...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 6:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LeDoc a écrit:
Surtout que les 3 larrons se sont associés en 64… Wink


Et AMG te répond que .. "Cream could be viewed as the first rock supergroup to become superstars, although none of the three members were that well-known when the band formed in mid-1966."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Avr 28, 2008 7:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

si cela se trouve, ils ne sont peut-être même plus d'accord entre eux...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ZoSo
hectoposteur


Inscrit le: 23 Mar 2008
Messages: 528
Localisation: Ciney

MessagePosté le: Mar Avr 29, 2008 4:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour Compléter un tant soit peu la discographie du plus grand groupe sudiste voici l'objet à avoir, paru fin 2007 dans un coffret en métal :



et voici la track list

Disc: 1
1. You Got That Right
2. Gimme Three Steps
3. One More Time
4. On the Hunt
5. Down South Jukin'
6. All I Can Do Is Write About It
7. Am I Losin'
8. Double Trouble
9. Comin' Home
Disc: 2
1. That Smell
2. Workin' for the MCA
3. Call Me the Breeze
4. Mississippi Kid
5. What's Your Name
6. Simple Man
7. Things Goin' On
8. I Need You
9. Swamp Music
10. Sweet Home Alabama
Disc: 3
1. Honky Tonk Night Time Man
2. Saturday Night Speccial
3. Tuesday's Gone
4. I Know a Little
5. Gimme Back My Bullets
6. Don't Ask Me No Questions
7. Ballad of Curtis Loew
8. Every Mother's Son
9. Whiskey Rock-A-Roller
10. Free Bird

Hell Yeah!!!!
Je n'ai pas mentionné l'édition remasterisée du "Street Survivors" avec les deux versions de l'album enregistrées à quelques mois d'écart. Indispensable. Idea
_________________
"Oh let the sun beat down upon my face, stars to fill my dream"


Dernière édition par ZoSo le Mar Avr 29, 2008 4:19 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
molodoi
myriaposteur


Inscrit le: 03 Sep 2005
Messages: 14214
Localisation: todi su l'voye

MessagePosté le: Mar Avr 29, 2008 4:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Huuuum, la version collector du "One More from the Road" vaut aussi son pesant de cacahuètes Cool
_________________
Nous ne sommes ni des mécaniques, ni des possédés, nous sommes pires: libres (Molodoï)

Only a Gibson is good enough
Le Blues, c'est facile. Tu te mets dans un champ et tu cries

http://molodoi.labrute.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Mar Avr 29, 2008 4:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Yes, ce "live" est carrément génial .. Very Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ZoSo
hectoposteur


Inscrit le: 23 Mar 2008
Messages: 528
Localisation: Ciney

MessagePosté le: Mar Avr 29, 2008 4:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si vous aimez Skynyrd, essayez de vous procurer les deux cds de "Rebel Pride", c'est entre Molly Hatchet (époque Danny Joe Brown) et Lynyrd Skynyrd.
_________________
"Oh let the sun beat down upon my face, stars to fill my dream"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Mar Avr 29, 2008 4:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ok, merci pour le tuyau ... Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.Klassik-rock.tk Index du Forum -> Les Gros Bras Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © phpBB Group. Hosted by phpBB.BizHat.com


For Support - http://forums.BizHat.com

Free Web Hosting | Free Forum Hosting | FlashWebHost.com | Image Hosting | Photo Gallery | FreeMarriage.com

Powered by PhpBBweb.com, setup your forum now!