www.Klassik-rock.tk Index du Forum www.Klassik-rock.tk
Forum de discussion sur tout ce qui touche au rock en général et au "classic" en particulier
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Alice Cooper ... saga
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.Klassik-rock.tk Index du Forum -> Les Gros Bras
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Déc 26, 2005 4:28 pm    Sujet du message: Alice Cooper ... saga Répondre en citant

Pas de ma plume, n'oubliez pas ... Wink


Alice Cooper SAGA 24/06/05

La saga de Alice Cooper
L 'image d'Alice Cooper, c'est celle d'un grand maître de l'humour noir, vraiment très noir, qui propose un spectacle grand-guignolesque sur fond de rock & roll déjanté. Un spectacle où guillotine, chaise électrique, boa constrictor et poupées sanglantes, côtoient tout un décorum digne d'un méchant film d'horreur de série B.
Le 5 juillet, Alice Cooper publiera un nouvel album, "DIRTY DIAMONDS". Musicalement, il le situe entre ce que faisaient les Rolling Stones à leurs débuts et ce que font maintenant des groupes comme les White Stripes.
Ce nouvel album nous donne aujourd'hui l'occasion de revenir sur ce personnage hors du commun, l'une des figures les plus vénérées du heavy metal, qui reste une idole pour les jeunes générations.

La saga en intégrale

En juin 1972, Alice Cooper publie "SCHOOL'S OUT". Artistiquement, c'est un album plus contestable que les deux précédents. En revanche, du point de vue commercial, c'est une réussite totale.
Il connaît un énorme succès : il est N°2 dans le classement des albums aux Etats-Unis et N°4 en Grande Bretagne.
Quant au titre générique, "School's out", il est N°1 des singles anglais et N°7 dans les hit-parades américains.

En plein succès, Alice Cooper doit pourtant lever le pied. A cause de ses excès alcooliques nombreux et répétés, il doit alors mettre au rancart les potences, la guillotine et la chaise électrique pour aller suivre une cure de désintoxication en Jamaïque.
Plus ou moins guéri, mais dégoûté par le show-biz, il pense à se retirer avant d'opter pour l'idée d'enregistrer un album qui lui permettrait, une dernière fois, de gagner beaucoup d'argent.
Cet album, "BILLION DOLLAR BABIES", paraît en février 1973, sous une pochette qui imite la peau de son boa favori.
"Billion dollar babies" se classe N°1 des deux côtés de l'Atlantique et on y trouve une véritable collection de tubes: "No more, Mr. Nice Guy", "I love the dead", "Hello, Hooray !", et bien sûr, "Elected".

Le groupe Alice Cooper publie son dernier album en novembre 1973. Intitulé "MUSCLE OF LOVE", il a été réalisé par des musiciens qui visiblement n'y croient plus et l'on sent une nette baisse de régime dans les compositions.
Au début de 1974, une dernière tournée se termine en Amérique du Sud dans la folie la plus complète, puis c'est la séparation. Elle est suivie de l'inévitable "GREATEST HITS" qui paraît en octobre 1974.

Vincent Furnier a dissout Alice Cooper, mais il conserve ce nom pour la suite de sa carrière. Il réunit autour de lui plusieurs musiciens parmi lesquels le bassiste Prakash John et les guitaristes Dick Wagner et Steve Hunter, c'est-à-dire quasiment le groupe qui accompagnait Lou Reed sur son fameux album live "Rock & roll animal".
Avec ces musiciens de tout premier plan, Alice Cooper enregistre ce qui reste certainement l'un de ses meilleurs disques, "WELCOME TO MY NIGHTMARE".
La surprise, c'est que le titre qui en ressort, "Only women bleed", est une superbe ballade qui n'a rien à voir avec le registre outrancier auquel Alice Cooper avait habitué son public.

A partir de "Welcome to my nightmare", les albums d'Alice Cooper sont pensés comme les bandes sonores de ses tournées-spectacles, des shows conçus au millimètre qui apportent à chaque fois leur lot de nouveautés terrifiantes. Cette année-là, en 1975, ce sont des araignées géantes.

"J'ai toujours aimé cette idée de marier horreur et rock 'n' roll. Le rock 'n' roll est une musique très amusante, tout comme l'est, à mon avis, un bon film d'horreur. J'ai rarement vu un film d'horreur qui ne m'ait pas fait rire. C'est exactement comme faire un tour de grand huit. Tu sais parfaitement que tu vas avoir peur, mais tu y vas quand même. Et bien lorsque tu te rends à un concert d'Alice Cooper, tu sais que tu vas être secoué, mais tu sais aussi que tu vas rire et que tu vas t'en sortir indemne. Et en fin de compte, tu voudras y retourner parce que c'est sans risque."

Un album par an, un spectacle par an, un tube par an, Alice Cooper semble avoir trouvé son rythme de croisière.
Mais insensiblement, il s'essouffle. "ALICE COOPER GOES TO HELL", son album de 1976, ne dépasse pas la 27ème place du hit-parade américain. Son album live de 1977, "THE ALICE COOPER SHOW", n'atteint même pas le Top 100. Heureusement, il connaîtra une légère embellie avec les deux disques suivants : "LACE AND WHISKEY", puis "FROM THE INSIDE" en 1978.

Alice Cooper poursuit tranquillement sa carrière, continuant à profiter des retombées de l'énorme succès de son album de 1975, "Welcome to my nightmare".
En juin 1977, il perd son premier boa, Kachina, mortellement agressé par le rat qui devait lui servir de petit déjeuner. Pour le remplacer, il organise une audition au cours de laquelle les fans choisissent eux-mêmes son successeur, Angela.
Depuis, une bonne quinzaine de boas se sont relayés au service d'Alice, avec des destins variés : un de ces charmants reptiles a essayé d'étouffer son propriétaire, un autre est mort coincé dans un siphon de baignoire.

En 1978, Alice Cooper doit suivre une nouvelle cure de désintoxication. Il en fera le sujet de l'album "FROM THE INSIDE" et de la tournée qui l'accompagne, le "Madhouse Rock Tour".
Sur scène, on a installé des bouteilles d'alcool géantes, une énorme seringue et tout un équipement hospitalier. Côté musique, son rock s'est beaucoup édulcoré et c'est le début d'une longue traversée du désert où le médiocre va souvent côtoyer le pire.
Alice Cooper publiera successivement "FLUSH THE FASHION" en 1980, "SPECIAL FORCES" en 81, "ZIPPER CATCHES SKIN" en 82 et "DA DA" en 83.
De toute cette période, on retiendra, "Clones (we're all)", une tentative à la fois pop et new wave plutôt réussie, un extrait de "Flush the fashion".

Sa carrière est au plus bas et sa santé plutôt défaillante. Alice Cooper se doit de réagir. Et d'abord en éliminant le fléau qui le mine depuis trop longtemps : l'alcool.

"J'étais en train de me tuer. Je buvais deux bouteilles de whisky par jour. Je me réveillais le matin en crachant du sang. Comme je le dis toujours : cracher du sang sur scène, c'est bien, mais à la maison, si personne ne regarde, à quoi bon. Vraiment, il fallait que j'arrête. Lorsque je regarde les films tournés à l'époque où je buvais comme un trou, je vois un personnage pitoyable, complètement laminé, une victime. Après ma cure de désintoxication, je vois un Alice très en forme, très agressif, très élégant aussi, qui tient son public bien en main. Il y a vraiment deux Alice. Il est nettement plus amusant de travailler avec le second parce qu'il n'est pas fragile. Il est très solide."

Totalement désintoxiqué – il dit n'avoir plus touché une goutte d'alcool depuis sa cure de 1985 – Alice Cooper commence une nouvelle carrière en signant chez MCA où il obtient des résultats encourageants.
Les albums "CONSTRICTOR" en 1986 et "RAISE YOUR FIST AND YELL" en 87 lui permettent de renouer avec le hit-parade, notamment grâce au single "Freedom".
Parallèlement, son apparition en clochard sinistre dans le film de John Carpenter "le Prince des ténèbres" confirme le regain d'intérêt dont il fait l'objet.

Après deux albums enregistrés chez MCA, qui lui ont permis de remonter la pente, Alice Cooper signe avec Epic. C'est pour ce nouveau label qu'il produit l'album "TRASH" en 1989.
Aux Etats-Unis, "Trash" connaît un immense succès, de l'ordre de celui de "Billion dollar babies" seize ans auparavant.
Cette résurrection, Alice la doit notamment à Desmond Child, l'homme qui a orchestré le succès de Bon Jovi. D'ailleurs Jon Bon Jovi et son guitariste Richie Sambora ont participé aux enregistrements, tout comme les vieux amis d'Aerosmith, Steven Tyler et Joe Perry.
"Trash" est N°2 des albums, "Poison" N°2 des singles, et Alice retrouve sa gloire passée.

En 1991, Alice Cooper renouvelle le succès de "Trash" avec l'album "HEY STOOPID". Cette fois, les invités s'appellent Joe Satriani, Steve Vai, Slash et Ozzy Osbourne.
Le show d'Alice est désormais une institution qui fédère plusieurs générations d'admirateurs en mal de sensations fortes. Mais par rapport au passé, il y a une différence essentielle : son auteur et maître de cérémonie ne s'identifie plus au personnage qu'il a créé, pour le plus grand bien de sa santé physique et mentale.

"Aujourd'hui, je contrôle le personnage mais pendant longtemps, j'en ai été la victime. A cette époque, je croyais que je devais être Alice Cooper vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Que je devais l'être hors de scène, que je devais l'être dans ma vie quotidienne. C'était une erreur. C'est ce qui a tué Jim Morrison et c'est ce qui a tué Janis Joplin. Ce personnage mythique qu'ils étaient sur scène, ils voulaient l'être aussi dans leur vie de tous les jours. Je me souviens d'eux en train d'ingurgiter des poignées de pilules qu'ils faisaient passer à grandes lampées de whisky. Je les voyais littéralement se désintégrer devant moi. Quand ils sont morts, je n'ai pas été étonné du tout. Je savais qu'ils allaient mourir. Et moi, je ne voulais pas finir comme eux. C'est là que j'ai décidé de ne plus essayer d'être Alice Cooper en dehors de la scène. Et j'ai trouvé bien plus amusant de le jouer comme on joue un rôle, comme Jack Nicholson joue le Joker dans Batman. Le soir, après le tournage, il rentre chez lui et oublie le Joker. Le lendemain, il revient sur le plateau et il l'est à nouveau."

En 1994, Alice Cooper publie "THE LAST TEMPTATION", un album qui associe musique et bande dessinée. Il se classe N°6 aux Etats-Unis.
En 1995, il propose "CLASSICKS", une compilation de ses grands succès chez Sony, agrémentée de cinq titres extraits de la vidéo "Alice Cooper trashes the world".
Puis c'est un album "live" qui paraît en 1997 : "A FISTFUL OF ALICE". Il a été enregistré à Mexico avec les participations de Slash, Rob Zombie et Sammy Hagar.
Ces années 90 plutôt fructueuses sont malheureusement assombries par la disparition, en octobre 97, de Glen Buxton, le guitariste original d'Alice Cooper. Il avait co-signé "I'm eighteen", "Elected" et "School's out", entre autres.

1999 marque le 30ème anniversaire de la sortie du premier album d'Alice Cooper, "Pretties for you". A cette occasion, plusieurs musiciens de hard rock décident d'enregistrer "HUMANITARY STEW / A TRIBUTE TO ALICE COOPER". On y retrouve des membres de Whitesnake, Toto, Iron Maiden, Kiss, Motley Crue et bien d'autres qui reprennent onze de ses titres les plus fameux.
Mais l'hommage ultime au maître du "Provoc Rock", c'est bien sûr le coffret "THE LIFE AND CRIMES OF ALICE COOPER" qui paraît en 1999. Dans un emballage qui représente une cellule de prison, on trouve 81 titres regroupés sur 4 CDs.
Présentés chronologiquement, ils couvrent toute l'aventure d'Alice, depuis le premier single des Spiders jusqu'à l'inédit de son plus récent album, "A fistful of Alice".
Des raretés, des chansons dispersées sur des bandes originales de films ou autres, viennent compléter ce coffret indispensable pour tous les fans d'Alice Cooper et du rock lourd en général.

Alice Cooper reste aujourd'hui encore une des figures les plus vénérées du hard, en particulier par la jeune génération à qui il doit sa seconde carrière.
Dans une séquence restée fameuse du film "Wayne's world" en 1992, on pouvait voir les deux héros, Garth et Wayne, se prosterner devant Alice en psalmodiant : "Nous ne sommes pas dignes, nous ne sommes pas dignes".

Côté vie privée, Alice Cooper est un homme rangé, très loin de l'image sulfureuse et maléfique qu'il colporte auprès de son public. Marié depuis 1976 à Sheryl, il a trois enfants : Dash, Calico et Sonora Rose.
Et s'il est vrai que les poignées de porte de sa maison sont en forme de serpent, c'est bien la seule concession qu'il ait accepté de faire à son statut de légende vivante du rock, un statut sur lequel il porte un regard plutôt ironique.

"Comme je le dis toujours, il vaut mieux être une légende vivante qu'une légende morte. Des légendes mortes, j'en ai connues quelques unes, j'en ai même pas mal côtoyées. Vivre vite, mourir jeune, ce n'est vraiment pas mon truc. Je fais en sorte de durer le plus longtemps possible, comme une sorte de maladie incurable. Il y a quelques survivants, comme Steven Tyler d'Aerosmith, Ozzy Osbourne ou moi-même qui avons traversé toutes ces années de rock 'n' roll intenses sans nous brûler totalement. Le plus drôle dans tout cela, c'est que nous sommes tous en bien meilleure forme aujourd'hui que nous l'étions il y a vingt ans."

Après deux albums alourdis par l'omniprésence de machines électroniques, "BRUTAL PLANET" en 2000 et 'DRAGONTOWN", l'année suivante, Alice Cooper décide de revenir aux sources de sa musique.
C'est ainsi qu'il renoue de façon inattendue avec le métal sur l'album "THE EYES OF ALICE COOPER", qui paraît en 2003. C'est sans aucun doute son meilleur album depuis longtemps, de la veine de "School's out" ou "Billion dollar babies".
En tout cas, c'est une très bonne surprise pour tous ses admirateurs qui doutaient un peu de sa capacité à retrouver l'esprit de cette musique.

Le 5 juillet prochain, Alice Cooper publiera "DIRTY DIAMONDS", un album coproduit par Steve Lindsey et Rick Boston qui est dans la veine du précédent, mais un peu plus travaillé.
C'est un disque très riche, qui va dans de nombreuses directions, mais on y sent tout de même de façon incontestable la griffe du "Prince des ténèbres", qui revient avec son éternel humour noir et son aura d'écorché vif.
Alice Cooper, qui reste l'icône du "rock qui choque", donnera plusieurs concerts en Europe au cours de cet été. Il sera le 11 juillet à Paris, à l'Olympia ; le 12, en Suisse, à Montreux, et le 1er août au Sporting de Monte Carlo.

DISCOGRAPHIE :


- "PRETTIES FOR YOU" (album – 1969)
- "EASY ACTION" (album – 1970)
- "LOVE IT TO DEATH" (album – 1971)
- "KILLER" (album – 1972)
- "SCHOOL'S OUT" (album – 1972)
- "BILLION DOLLAR BABIES" (album – 1973)
- "MUSCLE OF LOVE" (album – 1973)
- "GREATEST HITS" (compilation – 1974)
- "WELCOME TO MY NIGHTMARE" (album – 1975)
- "ALICE COOPER GOES TO HELL" (album – 1976)
- "LACE AND WHISKEY" (album – 1977)
- "THE ALICE COOPER SHOW" (live album – 1977)
- "FROM THE INSIDE" (album – 1978)
- "FLUSH THE FASHION" (album – 1980)
- "SPECIAL FORCES" (album – 1981)
- "ZIPPER CATCHES SKIN" (album – 1982)
- "DA DA" (album – 1983)
- "CONSTRICTOR" (album – 1986)
- "RAISE YOUR FIST AND YELL" (album – 1987)
- "TRASH" (album – 1989)
- "THE BEAST OF ALICE COOPER" (compilation – 1989)
- "HEY STOOPID" (album – 1991)
- "THE LAST TEMPTATION" (album – 1994)
- "CLASSICKS" (compilation – 1995)
- "A FISTFUL OF ALICE" (live album – 1997)
- "THE LIFE AND CRIMES OF ALICE COOPER" (coffret - 1999)
- "BRUTAL PLANET" (album – 2000)
- "DRAGONTOWN" (album – 2001)
- "THE DEFINITIVE ALICE COOPER" (compilation – 2001)
- "THE EYES OF ALICE COOPER" (album – 2003)
- "DIRTY DIAMONDS" (album – 2005)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jackinzebox
Oh burger!


Inscrit le: 04 Avr 2005
Messages: 24257

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tu connais le beau coffret avec des vieux trucs de ses premiers groupes ? Cool
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phil1
Rwa des Belches


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 28405
Localisation: Bruxelles

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 2:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Jackinzebox a écrit:
Tu connais le beau coffret avec des vieux trucs de ses premiers groupes ? Cool


Et non Jack, ma connaissance du bonhomme ne remonte pas avant "Love is to death" ... Confused
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beatnik queen
Unga bunga !


Inscrit le: 15 Mai 2005
Messages: 16117

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Love IT to death... Rolling Eyes
_________________
Prout.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beatnik queen
Unga bunga !


Inscrit le: 15 Mai 2005
Messages: 16117

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bekwé ça voulait rien dire en plous. (Et puis allez kwé c'est un peu un de mes chouchous Alice Embarassed) (Mais les sagas de Phil sont toujours aussi longues Very Happy)
_________________
Prout.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
MadPhil
Crazy ours


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 37622

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LeDoc a écrit:
Laughing

Ah oui, qu'est-ce qu'on se marre...
_________________
I am madly in love with psychedelic rock'n'roll
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beatnik queen
Unga bunga !


Inscrit le: 15 Mai 2005
Messages: 16117

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 9:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Euh?
_________________
Prout.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
MadPhil
Crazy ours


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 37622

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

beatnik queen a écrit:
Euh?

ben kwa...ge swi contans de voire le bonneur kon sertin en voilliant serteine chauses.
_________________
I am madly in love with psychedelic rock'n'roll
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les gens qui se satisfont de plaisirs simples
sont généralement plus près du bonheur que les autres…
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beatnik queen
Unga bunga !


Inscrit le: 15 Mai 2005
Messages: 16117

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais. Confused
_________________
Prout.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
MadPhil
Crazy ours


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 37622

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LeDoc a écrit:
Les gens qui se satisfont de plaisirs simples
sont généralement plus près du bonheur que les autres…

Heureusement qu'il y a plusieurs sortes de plaisirs simples et j'espère vraiment que tu resteras le seul sur le forum à apprécier "celui-là".
_________________
I am madly in love with psychedelic rock'n'roll
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beatnik queen
Unga bunga !


Inscrit le: 15 Mai 2005
Messages: 16117

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mad', franchement depuis le ''qu est ce qu on se marre'', j avoue que je ne comprends plus rien. Mais soit.
_________________
Prout.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
LeDoc
myriaposteur


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 18411

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Moi non plus, mais je me doute que ce n'est pas gentil...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MadPhil
Crazy ours


Inscrit le: 02 Avr 2005
Messages: 37622

MessagePosté le: Lun Jan 02, 2006 10:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

LeDoc a écrit:
Moi non plus, mais je me doute que ce n'est pas gentil...

Mais si c'est gentil !
J'aimerais que tu restes le seul à bénéficier du bonheur qu'apporte le fait de se marrer (ou de faire remarquer) lorsque les autres commettent des fautes d'orthographe ou de conjugaison. Une exclusivité jouissive, non ?
_________________
I am madly in love with psychedelic rock'n'roll
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.Klassik-rock.tk Index du Forum -> Les Gros Bras Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © phpBB Group. Hosted by phpBB.BizHat.com


For Support - http://forums.BizHat.com

Free Web Hosting | Free Forum Hosting | FlashWebHost.com | Image Hosting | Photo Gallery | FreeMarriage.com

Powered by PhpBBweb.com, setup your forum now!